Archives de Catégorie: 1 – HISTOIRE & RÈGLES

Mée sur seine – Vidéo : Le carrom la méditation ludique

voici le lien vers une vidéo réalisée lors du tournoi du mée sur seine : carrom la méditation ludique

Créé en 2009, le Club de carrom du Mée connaît un succès grandissant grâce au dynamisme de ces joueurs et surtout par l’envie qu’il a de partager, au-delà du jeu, un des aspects méconnus de la culture indienne. Il est présent à la MJC du Mée-sur-Seine depuis septembre 2011. Il grandit jour après jour et fait de nouveaux adeptes. Le Club a déjà participé aux tournois de Villepinte, Nancy, Villefranche-sur-Saône.

 

Arts et jeux d’exception – Des idées pour noël !

Salut,

En manque d’idées pour les cadeaux de noël, voici un site vraiment sympa : http://www.artsetjeuxdexception.com.


Règles du carrom en vidéo

Heureux de vous communiquer une nouvelle video de carrom sur internet.
Enfin, le championnat du monde sur youtube!!!! 2 ans après!!
Cette video presente les règles du carrom.
La même choses sur dailymotion.
Suivront j’espère les parties……..
Cyrille (carrom art team)

Carrom à 3 joueurs

Salut à tous,

Hier soir, nous nous sommes retrouvés à 3 joueurs avec Stéphane et Christian. Ce fut l’occasion de tester une variante dans cette configuration.

C’était assez fun mais nous avons quelque peu modifié encore les règles que Stéphane a récupéré sur internet ( sur Tric Trac tout en bas, rubrique « Les ressources du web », une règle pour 3 joueurs par monsieur Muff…) pour améliorer la formule. Cela nous était déjà arrivé également de jouer à 3 mais c’était alors en jeu coopératif contre le plateau.

Du coup, j’ai fait un récapitulatif de ces deux variantes à 3 joueurs pour que vous puissiez les lire et que nous débattions ensemble s’il y a besoin d’affiner ces règles.
A+
Florent (Toulouse)

Le carrom se joue classiquement à deux ou quatre joueurs. S’il arrive de se retrouver à 3 joueurs, voici deux variantes pouvant permettre de s’amuser sans faire poireauter l’un des joueurs.

Variante 1 : Jeu coopératif contre le plateau.

Cette variante s’appuie sur la définition d’un « contrat» que doivent remplir les joueurs chacun leur tour. Ce par donne le nombre de pions à rentrer par chaque joueur, la couleur des pions n’ayant plus d’importance.

Le but du jeu est de « finir le plateau » en ne laissant aucun pion dessus. Les 3 joueurs peuvent alors se déclarer gagnants (ce qui arrive moins souvent qu’on le voudrait…).

Selon l’expérience et le niveau des joueurs, on peut définir un par de 1 pion, 2 pions, 3 pions… à rentrer par le joueur pendant son tour. Il sera convenu avant la partie si la reine (pion rouge) devra être validée ou non.

Les pions sont disposés classiquement, comme dans la règle pour deux joueurs, et le joueur rejoue dès qu’il a rentré un pion dans un des trous. Dès qu’un joueur n’empoche pas un pion, on passe au tour du joueur suivant (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre).

Si le joueur n’a pas rempli son contrat, il doit ressortir le nombre de pions qui lui manquaient pour l’atteindre. Ex : Le par est fixé à 3 (typique pour les masochistes…). Le joueur A rentre deux pions mais rate le troisième (se faisant conspuer par ses joyeux partenaires). Il ressort donc un pion d’une des poches et c’est au joueur B de jouer.

S’il n’y a plus de pions dans les poches, on passe à un décompte négatif et on ressort immédiatement le prochain pion rentré, jusqu’à ce qu’on retourne à l’équilibre (oui, je sais, c’est vil…). Ce pion doit être placé aléatoirement dans le cercle central (posé sans réflexion pour une fois) sans toucher le petit rond rouge.

Stratégie : La partie peut s’avérer longue selon la difficulté du par (et la maladresse des joueurs). Une des stratégies efficaces pour remonter un score négatif est de réaliser son par, voire même sacrifier un coup, et d’ouvrir le jeu pour le prochain joueur. Sans cela, un coup raté, peut vite vous faire plonger dans des scores négatifs abyssaux…

Variante 2 : Jeu compétitif à 3 colonnes.

Les joueurs s’affrontent en essayant d’empocher un maximum de pions. Il n’y a pas de couleur de pion attribuée pour un joueur mais chaque couleur de pions a une valeur différente.

Décompte des points : Les pions noirs valent 1 point, les blancs 2 points et la rouge (reine) 5 points. La reine doit être validée par un autre pion, comme dans le jeu classique.

Le jeu prend fin lorsque l’un des 3 joueurs est frappé mortellement par un percuteur entre les deux yeux ou qu’il ne peut plus placer au moins 5 points sur la table à l’issue de la fin d’un plateau.

Déroulement de la partie : Les joueurs jouent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Ils se déplaceront d’une place à chaque fin de plateau pour éviter tout désavantage du à leur positionnement. Merci de laisser votre chaise aussi propre que vous l’avez trouvée en arrivant à votre place…

Les pions sont positionnés au premier départ sur 3 colonnes serrées de 6 pions surmontées par la reine. Les pions sont disposés en alternance de noirs et de blancs : 3 pions noirs forment la base, puis 3 pions blancs dessus…

Lors de la « casse » (premier coup qui disperse le jeu), il faut impérativement sortir au moins un pion (complètement) du cercle central. Sinon le joueur, petit coquin, rejoue jusqu’à ce que ceci se réalise. Le joueur qui rentre un pion dans une poche le récupère et le place dans sa « réserve ». Il rejoue ensuite comme dans la règle classique.

Une fois le plateau terminé (plus aucun pion dessus), on procède au décompte des points. Le joueur, parmi les 3, qui a le moins de points (à part s’il en a moins de 5, ce qui clos la partie) défini la « taxe » à payer pour le plateau suivant. Chaque joueur remet donc en jeu, en essayant de respecter autant que possible la disposition des 3 colonnes au centre, le nombre de pions nécessaires pour s’acquitter de la taxe.

Pour ce paiement les pions sont « indivisibles » : si un joueur doit poser 5 points mais qu’il n’a que 3 pions blancs (6 points), il devra le trancher en deux tout de même les poser sur le plateau. Néanmoins chaque joueur garde un choix libre pour composer sa taxe avec ses couleurs de pions, tant qu’il s’en acquitte ou la dépasse.

Un nouveau plateau est alors commencé, cette procédure sera répétée jusqu’à la fin de la partie. C’est le joueur suivant le précédent qui avait cassé le jeu qui sera désigné pour faire la casse de ce plateau.

Lorsque la partie prend fin, on fait le décompte des points de chaque joueur pour connaître le gagnant. En cas d’égalité entre les deux joueurs non perdants, la victoire revient à celui qui a empoché la reine.

Pénalité : Si le percuteur est mis dans une poche, le joueur sera mis au pilori aura un pion de pénalité qu’il devra replacer dans le cercle central, le plus proche possible du rond rouge. S’il choisit de poser un pion noir, il passe son tour. Il peut décider de poser un pion blanc et peut alors rejouer.

Cas de cumuls de parties : Cette variante étant souvent plus rapide que celle du jeu coopératif, on peut imaginer un système de points de victoires pour les 3 joueurs : 2 points pour le vainqueur, 1 point pour le second, 0 pour le dernier par exemple. On peut même prendre en compte le goal-average particulier si des joueurs se retrouvent à égalité à la fin du cumul de plusieurs parties.

Stratégie : La casse n’est cette fois-ci pas un avantage car elle libère des pions pour vos adversaires.

On peut être amené à s’entraider entre deux joueurs pour tenter de contrer l’adversaire qui a pris les devants ou de planter misérablement le joueur à la bourre… Cela peut se caractériser par des ouvertures pour aider un joueur à atteindre le niveau fatidique des 5 points par exemple. A vous de statuer si vous autorisez (ou non…) l’empochement volontaire du percuteur pour redonner suffisamment de pions sur le plateau (cas de controverse…).

Courrier International – 07/04/10

Le carrom est censé avoir été inventé en Inde : difficile d’établir ses origines mais une chose est sûre, les Indiens dominent le championnat du monde depuis des années. Pourtant, en Inde, le carrom n’est pas considéré comme un sport mais comme une pratique culturelle. Ce jeu n’a jamais vraiment intéressé les couches supérieures de la population. Les classes moyennes qui jouaient au carrom sont désormais passées à la PlayStation. La culture du carrom a donc dégringolé dans l’échelle sociale pour s’implanter chez les plus pauvres. Jeunes et vieux se précipitent dans les clubs où l’on débourse de 3 à 5 roupies pour une partie, au lieu des 3 000 roupies nécessaires pour acheter un plateau. Comme les tables de carrom ne prennent pas beaucoup de place, ouvrir un club est une activité lucrative, et ceux-ci prolifèrent dans les quartiers pauvres. Peu onéreux et nomade, le carrom doit également sa popularité au fait que la partie dure moins longtemps qu’une partie d’échecs et qu’elle est plus palpitante. Pas question de pousser au hasard les pions blancs et noirs et la reine rouge : chaque mouvement s’intègre dans une stratégie élaborée. C’est donc un jeu intéressant à jouer mais aussi à regarder. On peut y jouer à quatre, voire à six : c’est un jeu convivial.

Chaque ville a ses propres raisons de jouer au carrom. A Bombay, les clubs sont noyautés par les partis politiques régionalistes. Installés depuis plus d’un demi-siècle, ils n’ont pas souffert du voisinage des salles de jeux vidéo. Et ils ont survécu aux récents coups de filet de la police dans les cercles de jeux noyautés par la pègre. La police de Bombay accusait certains clubs d’appartenir à des parrains locaux et de servir au recrutement de criminels. Ahmed Shaikh, propriétaire d’un club, est furieux. “Les tueurs se servaient des membres du club comme témoins pour leur servir d’alibi : ils devaient dire qu’ils jouaient au carrom au moment d’un meurtre. Ces malfaiteurs ont sali notre réputation.”

A Calcutta, on trouve un club de carrom à chaque coin de rue. Chacun est affilié à un parti politique. Les façades des clubs arborent fièrement les emblèmes de leur parti : la faucille et le marteau pour le Parti communiste de l’Inde, ou les deux fleurs du Trinamool Congress. Selon Gautom Chatterjee, qui habite à côté d’un club de carrom, “les politiciens utilisent le carrom pour recruter des militants parmi les chômeurs.” Ici, ceux qui jouent ne sont pas ceux qui paient mais les plus anciens du parti. Quand un parti différent arrive au pouvoir dans le quartier, les jeunes changent de club. Une démonstration de force répandue consiste à briser les plateaux de carrom dans le club de l’opposition.

Dans les quartiers pauvres de Madras, le carrom a une fonction d’ascenseur social. Les joueurs s’inspirent de destins de légende, comme celui de Maria Irudhayam, qui a grandi dans un bidonville et a été neuf fois championne nationale et deux fois championne du monde. “Chaque maison a son petit espace réservé au carrom. C’est là que se forgent les champions”, raconte-t-elle. Une fois de temps en temps, les femmes ont le droit de jouer, et les résultats sont souvent surprenants. De nombreuses filles des quartiers défavorisés ont eu la chance de démontrer la supériorité de Madras, mais aucune n’a été aussi loin que I. Illavazhaki, fille d’un poissonnier ambulant, qui a remporté le 5e championnat du monde de carrom et a reçu une récompense de 1 million de roupies (17 000 euros) offerte par le Premier ministre du Tamil Nadu.

A Delhi, on trouve les plus anciens clubs de carrom dans les quartiers de Nizamuddin, Okhla, Seelampur et dans la vieille ville, près de la mosquée du Vendredi. “On s’adonne au carrom avec passion dans toutes les villes anciennes. Les joueurs sont des citoyens ordinaires qui vivent ici depuis des générations. Les clubs de Delhi les plus anciens sont concentrés dans les quartiers à forte population musulmane”, raconte S.K. Sharma, secrétaire général de la Fédération indienne de carrom.

Dans le Nord-Est, au Penjab, le carrom est réservé aux veillées funéraires. On y joue aussi au Cachemire, au Kerala et ailleurs. Contrairement aux Joueurs d’échecs de la nouvelle de Munshi Premchand [célèbre écrivain indien du début du XXe siècle], ce sont partout de petites gens. Satyajit Ray ne leur a pas consacré de film. Les joueurs de carrom sont un peuple sans roi.

Nouvelles règles, les choses bougent …

Nous y voilà …

Ci joint un message d’Arif  Naqvi de la Fédération Internationale de Carrom qui explique que les nouvelles règles ont été « adoptées » en Inde et dans d’autres pays d’Asie …

Des discussions auront lieu à ce sujet durant la Coupe d’Europe en Suisse et lors de la prochaine réunion de la confédération Internationale.

Néanmoins il y a fort à craindre que ses nouvelles règles soient adoptées car les joueurs et joueuses ne sont pas forcément impliqués dans les commissions décissionnaires.

En tout cas si vous souhaitez vous exprimer voici déjà un bref sondage , n’hésitez pas à laisser vos commentaires car si des discussions ont lieu à ce sujet en Suisse, la délégation française pourra déjà relater le ressenti français.

Bonne lecture …

Dear friends,

As many of you know, the All India Carrom Federation has introduced this year new Rules for the Carrom Tournaments, which are being practiced in India. They are described as « revolutionary » steps in Carrom. As far I have heared these changes are being widely greeted in India and in some Asian countries.
I am sure that these rules will be discussed in the next meeting of the International Carrom Federation and may form a guideline for all International tournaments. We shall also be discussing these rules during the coming 13th Eurocup at Lenk, Switzerland. The European Carrom Confederation (ECC) has to give its opinion on it.
It is therefore very necessary that we know the opinion of all Carrom Federations and their members, particularly the active players.

I personally welcome to some extent the initiative of the All India Carrom Federation as a bold step in the right direction, which is aimed to make Carrom tournaments simple as well as friendly to media and spectators.
However I have certain reservations to these changes and have some suggestions.
But before I ask you to read my comments and proposals I would request you to go through the present « Laws of Carrom of the ICF » as adopted in 1991 and the draft of the new Rules (Shorter version Rules) proposed by the All India Carrom Federation and then read my comments and suggestions and then make your own comments and suggestions.

Shorter Virsion Rules
(adopted in India)

NEW RULES (of All India Carrom Federation, adopted in 2009)

1. All matches shall be decided on the basis of best of three sets of four boards or 23 points whichever is earlier. A player who reaches 23 points first or leads on conclusion of the fourth board shall be the winner of the ‘set’.
2. ‘Game’ shall be called a ‘set’.
3. A time of two minutes shall be allowed between the 1st & 2nd sets and also between 2nd & 3rd sets. Players shall be allowed to consult their coaches during intervening time of two minutes.
4. Players are not allowed to leave the playing arena till the match is completed.
5. In the 3rd set, side shall be changed after two boards.
6. A player shall not take more than 10 seconds to make a stroke and/or to place the penalty/due.
7. A maximum of 11 points can be scored in a ‘board’. Any due and/or c/m shall automatically be written off.
8. Queen shall have the value of two points. The player shall be entitled to be credited with the value of the Queen, only if he wins the board. Loser of the board shall not get any point even if he pockets the Queen.
9. Queen is not required to be covered.
10. The player shall not lose the advantage of getting the credit of two points for pocketing Queen even if reaches the score of 21 or 22 points. In other words, a player shall get two points for pocketing Queen at all stages of the set without any consideration of the score.
11. A player has the right to pocket the Queen provided a c/m of his own has already been pocketed.
12. Queen can be pocketed even after pocketing one’s all his nine white or black c/m.
13. In case a player pockets all his c/m while the Queen is on the board, the board will not be treated as over. He can pocket the Queen as the last c/m. If he pockets, he wins the board. If he fails, the turn will pass on to the opponent. The opponent can choose to pocket the Queen either at the beginning or in between or in the end. If after pocketing of Queen, few c/m remain on the board, he shall continue his turn till he is able to pocket the remaining c/m. On pocketing all his c/m and the Queen, he wins the board by 2 points since his opponent has already pocketed all his c/m. If he fails to pocket any of the remaining c/m, he will lose the board with the number of c/m lying on the board.
14. Reporting time shall be five minutes before the scheduled time. A player shall lose the entire match if he fails to report to the Umpire at his match Board 5 minutes before the scheduled time of the match.
15. During those five minutes, umpires would complete all the formalities as required by them and in the meantime players may have trial testing of the board for two minutes to be completed before the scheduled time of the match.
16. Matches shall start right at the scheduled time.
17. In case the score of both the players at the end of four boards is equal, the set will be decided on the basis of TIE-BREAKER. In tie-breaker both the players will be given three chances alternatively to pocket a c/m from the same side they are already sitting.
18. Tie-breaker c/m will be placed by the Umpire within the outer circle touching the line of the outer circle in straight line of the center circle on the opposite side of the player pocketing the c/m.
19. If score remains equal even after the tie-breaker, the set shall be decided by ‘sudden death’.
20. In sudden death, both the players will be given a chance each to pocket the tie-breaker c/m from the same side they are already sitting. After availing one chance by each player, if a player fails to pocket the c/m, he loses the set. The same shall continue till a decision is arrived at.
21. First stroke for both ‘tie-breaker’ and ‘sudden death’ shall be decided by a single toss. Winner can either choose the stroke or the side. In case the winner chooses the break, the loser shall have the right to choose the side or vice versa.
22. As soon as any player places the striker on the surface of the board when it is not his turn or for making an out of turn stroke, the umpire shall immediately declare the foul and the board should not be awarded against that player. Both the umpire and the opponent shall share the responsibility of being vigilant.
23. The written protest shall be submitted within 5 minutes of completion of that particular Board. The decision of the Championship/Tournament authorities should be conveyed to the parties concerned at the earliest possible.
24. Matches for cadets, sub-junior and junior players may be conducted with time limit of 20 minutes for each set and total time limit of 70 minutes for each match (including reporting/trial testing time plus two minutes time between 1st & 2nd and 2nd & 3rd sets).
25. The Chapter of Queen as given in ‘Laws of Carrom’ of ICF is changed accordingly.
26. All other rules except those mentioned above shall be applicable as provided in ‘Laws of Carrom’ of the International Carrom Federation.

My Comments and proposals

With the new Rules for Carrom Tournaments (Shorter Version Rules) the All India Carrom Federation has tried to make Carrom Tournaments easy and media and public friendly as well as to assure that the matches do not take more than necessary time.

Exactly as in recent years the changes  have been made in the pattern of the Cricket matches by introducing One Day matches and T20 matches (with 20 overs for each team) along with the traditional 5 Days Test matches in order to attract the media, public and the sponsors, it is hoped that the new rules will help in popularizing Carrom all over the world. This is a bold attempt and deserves appreciation.

– However we have to very carefully analyse these new rules and examine them to what extent they really help in making the game of Carrom simple and also attractive for the media and public and sponsors, without losing the niveau of the game.

– Moreover we should not forget that the conditions between some of the Asian countries and many other countries, particularly in Europe are different. For example no federation in the world, except in India and Sri Lanka,  is in a position to provide umpires for each board during the tournament.
The new rules, as adopted in India, depend to great extent on the role of the umpires.

– We should also differentiate between the matches for the World Championship, World Cup, ICF Cup, International Open and the National Championships as well as promotional tournaments.

– In Europe the matches are conducted on the basis of the Swiss System, which many people find quite practical in European conditions (Ofcourse it can be improved further).

– In my opinion the International Carrom Federation should give the task to the Rules Commission or to a Special Commission to examine all options in this respect and after collecting the opinions of all experts, coaches and leading players all over the world, place its proposals before the next Congress of the ICF for approval. Until then the present rules of the ICF as adopted in 1991 remain valid.

– We should also examine the possiblity of using a watch for all matches, as is practiced in Chess.

a)    For every match each player (in singles)  and partners (in doubles) should be alloted 24 Minutes for their strokes (Three minutes per board).
The time given to both sides will be 24 + 24 = 48 Minutes. Almost the same as used in Europe for a match with 8 boards in a round.

b)    A player is free to divide his time according to his convenience. He might take only few seconds for a stroke, but will be free to take more seconds for a complicated stroke. He will be automatically forced to play faster, since he has only 3 minutes on his disposal in a board.

c)    A player (or partners) who crosses/cross the time limit without pocketing all his/their c/m, while the opponent side has still time on disposal,  he/they lose the board by the points of his/their c/m on the board.  If the opponent has already pocketed and covered the Queen the opponent will get the points of the Queen also.

I would like to add further:

–    Up to Semi Final all matche shall be decided on the basis of 8 boards or 23 points. A player who achieves 23 points or leads at the end of the 8th board shall win the match.

–    After 4 boards or 12 points (whichever is first) the sides should be changed.

–     There will be no time limit in the Final.

–    The Queen shall have 2 points.

–    A maximum of 11 points can be scored in a board.

–    The Queen can be pocketed at any time provided a c/m of his own has already been pocketed and their is no Due against him.

–    A player has the right to pocket the Queen in his last stroke after pocketing all his c/m.

–    If he pockets all his c/m but fails to pocket the Queen in the consecutive stroke, he loses the board with 2 points.

–    In case after  8 boards the points remain equal, two extra boards shall be played (after taking a toss).

–    The winner of the toss can opt between Break and the Side (as explained in the Laws of Carrom of ICF). If the Winner of the toss opts for Break the Loser of the toss can chose the Side.

–    If the Score remains still equal, the match shall be decided by « Tie-breaks » (Deciding Strokes).

–    For Tie-breaks (Deciding Strokes) the Queen shall be placed at the Centre of the Base- line of the opponent player. It can be pocketed in any pocket. The players shall execute their strokes while sitting on the their own places.

–    In Singles each player shall get alternately 5 chances to pocket the Queen. A player who leads in pocketing the Queen shall be declared winner.

–    If the score remains still equal the match shall be decided with further attempts (Final Strokes) untill a player fails to pocket the Queen. The opponent player shall place the Queen on any place on the playing surface.

–    In Doubles each player will get alternately 2 chances to pocket the Queen. The partners can decide among themselves who will execute first.  An extra chance will be given to each side. The partners can decide among themselves, who will execute this extra stroke.

–    If the score in doubles remains still equal, the Final Strokes will confirm the victory. As long as the players are able to pocket the Queen the match will continue. As soon a player fails to pocket the Queen he will lose the Board and the match with 2 points. The 2 points of the Queen will be awarded to his opponent.
–    Die word « Sudden Death » as used in the new rules is not good. It can be replaced with « Final Strokes » or some other term.

–    All other Rules as mentioned in the « Laws of Carrom » of the ICF will remain valid.

–    Particular conditions and organisational problems in diffirent regions and countries shall be taken into consideration.

Following points of the new rules as adopted in India seem to be reasonable:
_____________________________________________________________

a)    The Queen shall have 2 points,
b)    The Queen need not be confirmed
c)    A player will have right to pocket and cover the queen at any time after     one of his c/m has been pocketed .
d)    A player who pockets the Queen gets the points of the Queen only if he     wins the board.
e)    A player may pocket Queen as  a last c/m,
f)    A player loses the board even if he has pocketed all his c/m but fails to     pocket Queen in his last stroke.
g)    A player gets the 2 points of the Queen at any stage, even if his score     is 21.

There can be many other suggestions from the different Carrom federations and players, which sould be taken into consideration.

Nouvelle règle …

Bonjour à tous,
A propos des règles, je viens de recevoir un mail d’Arun Deshpande, coach de l’équipe indienne de carrom, qui m’annonce entre autre un changement des règles de carrom en Inde à compter du 1er avril 2009. Et je ne pense pas que ce soit une blague.
Ils ont décidé (qui exactement je ne sais pas) de jouer tous leurs matchs en compétition en 4 boards seulement, avec 10 secondes par coup, la reine qui vaut 2 points sans avoir besoin de la confirmer, et le set en 23 points. Sachant qu’ils continuent de jouer en best of three (2 sets gagnants).
Voilà qui peut paraître un peu étrange vu la difficulté déjà aujourd’hui de faire adopter les règles internationales au maximum de joueurs, mais cette idée n’est peut être pas si mal pour créer plus de dynamisme dans le jeu, en jouant plus vite, et cela facilitera également le jeu en supprimant l’obligation de confirmer la reine.
Moi je dis pourquoi pas, après les nouvelles règles apportées par le World Series of Carrom en 2006, voilà un mix qui pourra surement plus facilement permettre au plus grand nombre de joueurs d’accrocher au jeu, sans être écœuré de sa difficulté en débutant.
Voilà, je transmets l’info, à vos palets si vous voulez essayer.
Ciao
Pierre