Archives de Catégorie: 4 – OU JOUER

85 – Saint Hilaire de Riez – Festival

J’ai reçu un message de Delphine qui cherche des joueurs pouvant se rendre au festival « Un temps pour tous  » en août.

Merci de lui répondre si vous êtes dans la région !

Voici son mail :

L’Association Carpe Diem organise depuis 8 ans le festival « Un temps pour tous « au mois d’Aout à Saint Hilaire de Riez. Pendant une semaine nos animations sont basées sur un binôme Sport/ Spectacle proposant sur une même journée : tournois sportifs et spectacles variés. Le but étant d’ouvrir le sport et le monde artistique à un public large, dans un esprit convivial et festif, et de dépasser les idées préconçues de deux mondes séparés, Sport et Culture.

Chaque participant l’est de façon bénévole et vient avec l’idée de participer à un projet collectif sans lequel rien ne serait réalisable.

Nous avons inauguré l’année dernière un stand de « jeu de palet »  avec la fédération de palet vendéen, qui a rencontré un franc succès, c’est pourquoi nous souhaitons développer les jeux proposés, et prenons contact avec vous aujourd’hui.

Nous serions en effet très heureux de pouvoir compter sur la présence des jeux de carrom pour faire découvrir ce jeux au plus grand nombre, et accueillir des passionnés de votre club pour transmettre leur amour du jeux.

Vous trouverez en pièce jointe un document de présentation de l’association, pour plus d’information vous pouvez également visiter notre site : www.associationcarpediem.fr

N’hésitez pas à nous contacter par mail ou téléphone, en espérant avoir rapidement de vos nouvelles,

Delphine
06.78.49.80.27

Association CARPE DIEM
créatrice d’événements sport/spectacle
www.associationcarpediem.fr
festivalcarpediem@hotmail.fr

Courrier International – 07/04/10

Le carrom est censé avoir été inventé en Inde : difficile d’établir ses origines mais une chose est sûre, les Indiens dominent le championnat du monde depuis des années. Pourtant, en Inde, le carrom n’est pas considéré comme un sport mais comme une pratique culturelle. Ce jeu n’a jamais vraiment intéressé les couches supérieures de la population. Les classes moyennes qui jouaient au carrom sont désormais passées à la PlayStation. La culture du carrom a donc dégringolé dans l’échelle sociale pour s’implanter chez les plus pauvres. Jeunes et vieux se précipitent dans les clubs où l’on débourse de 3 à 5 roupies pour une partie, au lieu des 3 000 roupies nécessaires pour acheter un plateau. Comme les tables de carrom ne prennent pas beaucoup de place, ouvrir un club est une activité lucrative, et ceux-ci prolifèrent dans les quartiers pauvres. Peu onéreux et nomade, le carrom doit également sa popularité au fait que la partie dure moins longtemps qu’une partie d’échecs et qu’elle est plus palpitante. Pas question de pousser au hasard les pions blancs et noirs et la reine rouge : chaque mouvement s’intègre dans une stratégie élaborée. C’est donc un jeu intéressant à jouer mais aussi à regarder. On peut y jouer à quatre, voire à six : c’est un jeu convivial.

Chaque ville a ses propres raisons de jouer au carrom. A Bombay, les clubs sont noyautés par les partis politiques régionalistes. Installés depuis plus d’un demi-siècle, ils n’ont pas souffert du voisinage des salles de jeux vidéo. Et ils ont survécu aux récents coups de filet de la police dans les cercles de jeux noyautés par la pègre. La police de Bombay accusait certains clubs d’appartenir à des parrains locaux et de servir au recrutement de criminels. Ahmed Shaikh, propriétaire d’un club, est furieux. “Les tueurs se servaient des membres du club comme témoins pour leur servir d’alibi : ils devaient dire qu’ils jouaient au carrom au moment d’un meurtre. Ces malfaiteurs ont sali notre réputation.”

A Calcutta, on trouve un club de carrom à chaque coin de rue. Chacun est affilié à un parti politique. Les façades des clubs arborent fièrement les emblèmes de leur parti : la faucille et le marteau pour le Parti communiste de l’Inde, ou les deux fleurs du Trinamool Congress. Selon Gautom Chatterjee, qui habite à côté d’un club de carrom, “les politiciens utilisent le carrom pour recruter des militants parmi les chômeurs.” Ici, ceux qui jouent ne sont pas ceux qui paient mais les plus anciens du parti. Quand un parti différent arrive au pouvoir dans le quartier, les jeunes changent de club. Une démonstration de force répandue consiste à briser les plateaux de carrom dans le club de l’opposition.

Dans les quartiers pauvres de Madras, le carrom a une fonction d’ascenseur social. Les joueurs s’inspirent de destins de légende, comme celui de Maria Irudhayam, qui a grandi dans un bidonville et a été neuf fois championne nationale et deux fois championne du monde. “Chaque maison a son petit espace réservé au carrom. C’est là que se forgent les champions”, raconte-t-elle. Une fois de temps en temps, les femmes ont le droit de jouer, et les résultats sont souvent surprenants. De nombreuses filles des quartiers défavorisés ont eu la chance de démontrer la supériorité de Madras, mais aucune n’a été aussi loin que I. Illavazhaki, fille d’un poissonnier ambulant, qui a remporté le 5e championnat du monde de carrom et a reçu une récompense de 1 million de roupies (17 000 euros) offerte par le Premier ministre du Tamil Nadu.

A Delhi, on trouve les plus anciens clubs de carrom dans les quartiers de Nizamuddin, Okhla, Seelampur et dans la vieille ville, près de la mosquée du Vendredi. “On s’adonne au carrom avec passion dans toutes les villes anciennes. Les joueurs sont des citoyens ordinaires qui vivent ici depuis des générations. Les clubs de Delhi les plus anciens sont concentrés dans les quartiers à forte population musulmane”, raconte S.K. Sharma, secrétaire général de la Fédération indienne de carrom.

Dans le Nord-Est, au Penjab, le carrom est réservé aux veillées funéraires. On y joue aussi au Cachemire, au Kerala et ailleurs. Contrairement aux Joueurs d’échecs de la nouvelle de Munshi Premchand [célèbre écrivain indien du début du XXe siècle], ce sont partout de petites gens. Satyajit Ray ne leur a pas consacré de film. Les joueurs de carrom sont un peuple sans roi.

Lorient – soirée carrom – 19/03/10

Bonjour,

Maintenant que nous avons quelques professionnels, place aux tournois 🙂

Le Vendredi 19 Mars 2010 à 20h30, les débutants sont les bienvenus car, finalement, ça s’apprend très vite.

A prévoir

  • un carrom pour ceux qui en ont un.
  • de la bonne humeur

Pour les personnes qui ont un carrom, merci de le préciser dans les commentaires, dans ce cas on pourra augmenter le nombre de participant.

A noter que le magasin Les Balivernes (57 cours de Chazelles) loue des carroms.

Myriam

Plus d’infos : http://lorient.onvasortir.com/sortie_read_new.php?Id=32761

69- Marcy l’Etoile – « Fête Escale en Inde » – 16/01/10

le Domaine de Lacroix-Laval invite à une escale en Inde à la découverte des contes, des traditions, des danses… de ce pays haut en couleurs. « Fêtes escales en Inde » du 5 décembre 2009 au 17 janvier 2010, c’est un voyage qui se vit à travers chaque spectacle, animation et atelier…

A cette occasion LE CLUB CARROMEGA propose de 10h30 à 12h00 une INITIATION DE CARROM (billard indien) sur réservation – Tarif : adulte : 3 €, enfant : 1.5 €

A 15h : INITIATION DANSE BOLLYWOOD par l’Association Bollywood-In – Bollywood est le terme attribué au cinéma indien de Bombay, dans lequel chansons et danses fusionnent, contribuant ainsi fortement au succès de ces films. Le style chorégraphique est un mélange de danses classiques indiennes (Bharat Natyam & Kathak) et de danses plus contemporaines (modern jazz, hip hop, orientale…). C’est une nouvelle discipline en soi qui est inclassable car elle n’appartient à aucune catégorie spécifique. La danse « Bollywood » est donc une danse moderne qui a su conserver ses charmes d’antan.

Durée : 1h – tout public – sur réservation —

A 16h : INDIAN TEA TIME

A 16h30 : TATTOO HENNE – L’apparition du henné en Inde remonterait au cinquième siècle. A cette époque, hommes et femmes, riches et pauvres, divinités ou démons étaient représentés avec des mehndis (ornements corporels au henné). Les préparations, les techniques d’application, les motifs, deviennent alors de plus en plus élaborés, et les habitudes d’utilisation de plus en plus ancrées dans la vie de chacun, selon des principes esthétiques, religieux, culturels ou médicinaux.. Durée : 1h – tout public – sur réservation — TARIF UNIQUE POUR L’APRES-MIDI SUR RESERVATION : ADULTE : 4 €50, ENFANT : 3 €

Renseignements : et réservation au 04 78 87 65 65

Domaine de Lacroix-Laval
Route de Sain-Bel
69280 Marcy-l’Étoile
Tél : 04 78 87 87 00
Fax : 04 78 44 29 28
lacroixlaval@rhone.fr

La Slovénie joue aussi au carrom

32 – Lectoure – animation carrom au bar le Bastion – 12/12/09

Suite à l’animation que nous avons faite en octobre lors du festival
Citenjeu à Lectoure
(dans le Gers entre Auch et Agen), le patron du Bastion (bar sympa à Lectoure) nous avait chaleureusement accueilli et nous avait proposé de renouveler l’expérience.

Avec Christian ils ont convenu d’organiser une soirée carrom le samedi 12 décembre à partir de 20h.

4 ou 5 carroms et au moins 3 joueurs-animateurs du club Carrom à Toulouse (Les frères Mothe et notre number one, le fabuleux Jérémy) seront présents.

Il y a au Bastion des joueurs de billard intéressés par le carrom dont le patron du bar qui en est un très bon joueur et qui  semble rapidement devenir un rude joueur de carrom!

Norbert

14 – Bretteville Sur Laize – animation carrom – 30/10/09

Kumar enchaine les animations dans le secteur de Caen !

telethon

Entre temps il en a aussi faite une à la Ludothèque quartier Pierre-Heuzé  à Caen le  03/11/2009 de 16h00 – 18h00.

31- Carrom a Toulouse change de local

Ca y est !
Tous les mardis soirs, rendez-vous à partir de 20h30 à la maison de quartier la Vache, en face de la station métro du même nom (ligne B),  Rue Paul Verlaine pour jouer avec les membres de Carrom A Toulouse

C’est ici :

maison de quartier la vache