Archives de Catégorie: BD Carrom

Film documentaire « Au bout du doigt »

ImageThérèse Laumaillé et Benoît Lamy réalisent un film documentaire  sur le carrom et sur Pierre Dubois en le suivant jusqu’à New Delhi pour la prochaine coupe du monde.

Toutes les info sont sur les liens suivants :

Voici le lien vers le blog consacré au film : http://carrom-film.blogspot.fr/

Un autre vers le projet sur Babeldoor : http://www.babeldoor.com/au-bout-du-doigt

Un dernier vers la page facebook : https://www.facebook.com/pages/Au-bout-du-doigt/277626502381644

Bonne visite !

Publicités

Paris – Festival de films indiens- 4-6 & 19 /06/10

En juin, la Péniche Cinéma hisse haut le drapeau indien avec deux manifestations au cours desquelles vous pourrez découvrir les meilleurs des films courts indiens, mais aussi des concerts, des danses, des ruelles indiennes aux échoppes colorées :

1. Dans le cadre du festival Futur Composé organisé par le Cabaret Sauvage, La Péniche Cinéma propose du 4 au 6 juin une sélection des plus beaux courts-métrages made in India. ENTREE LIBRE.

2. L’Indiscrète, festival de films d’écoles indiennes : Les meilleurs films issus des 8 plus grandes écoles de cinéma indiennes sélectionnés dans le cadre du festival L’Indiscrète. Une curiosité qui met à bas tous les préjugés sur le cinéma indien. En partenariat avec Media India et le Festival Bonjour India. ENTREE LIBRE.

La péniche cinéma : Canal de l’Ourcq – Parc de la Villette – Accès 59 bld Mac Donald

et aussi : www.penichecinema.net

Courrier International – 07/04/10

Le carrom est censé avoir été inventé en Inde : difficile d’établir ses origines mais une chose est sûre, les Indiens dominent le championnat du monde depuis des années. Pourtant, en Inde, le carrom n’est pas considéré comme un sport mais comme une pratique culturelle. Ce jeu n’a jamais vraiment intéressé les couches supérieures de la population. Les classes moyennes qui jouaient au carrom sont désormais passées à la PlayStation. La culture du carrom a donc dégringolé dans l’échelle sociale pour s’implanter chez les plus pauvres. Jeunes et vieux se précipitent dans les clubs où l’on débourse de 3 à 5 roupies pour une partie, au lieu des 3 000 roupies nécessaires pour acheter un plateau. Comme les tables de carrom ne prennent pas beaucoup de place, ouvrir un club est une activité lucrative, et ceux-ci prolifèrent dans les quartiers pauvres. Peu onéreux et nomade, le carrom doit également sa popularité au fait que la partie dure moins longtemps qu’une partie d’échecs et qu’elle est plus palpitante. Pas question de pousser au hasard les pions blancs et noirs et la reine rouge : chaque mouvement s’intègre dans une stratégie élaborée. C’est donc un jeu intéressant à jouer mais aussi à regarder. On peut y jouer à quatre, voire à six : c’est un jeu convivial.

Chaque ville a ses propres raisons de jouer au carrom. A Bombay, les clubs sont noyautés par les partis politiques régionalistes. Installés depuis plus d’un demi-siècle, ils n’ont pas souffert du voisinage des salles de jeux vidéo. Et ils ont survécu aux récents coups de filet de la police dans les cercles de jeux noyautés par la pègre. La police de Bombay accusait certains clubs d’appartenir à des parrains locaux et de servir au recrutement de criminels. Ahmed Shaikh, propriétaire d’un club, est furieux. “Les tueurs se servaient des membres du club comme témoins pour leur servir d’alibi : ils devaient dire qu’ils jouaient au carrom au moment d’un meurtre. Ces malfaiteurs ont sali notre réputation.”

A Calcutta, on trouve un club de carrom à chaque coin de rue. Chacun est affilié à un parti politique. Les façades des clubs arborent fièrement les emblèmes de leur parti : la faucille et le marteau pour le Parti communiste de l’Inde, ou les deux fleurs du Trinamool Congress. Selon Gautom Chatterjee, qui habite à côté d’un club de carrom, “les politiciens utilisent le carrom pour recruter des militants parmi les chômeurs.” Ici, ceux qui jouent ne sont pas ceux qui paient mais les plus anciens du parti. Quand un parti différent arrive au pouvoir dans le quartier, les jeunes changent de club. Une démonstration de force répandue consiste à briser les plateaux de carrom dans le club de l’opposition.

Dans les quartiers pauvres de Madras, le carrom a une fonction d’ascenseur social. Les joueurs s’inspirent de destins de légende, comme celui de Maria Irudhayam, qui a grandi dans un bidonville et a été neuf fois championne nationale et deux fois championne du monde. “Chaque maison a son petit espace réservé au carrom. C’est là que se forgent les champions”, raconte-t-elle. Une fois de temps en temps, les femmes ont le droit de jouer, et les résultats sont souvent surprenants. De nombreuses filles des quartiers défavorisés ont eu la chance de démontrer la supériorité de Madras, mais aucune n’a été aussi loin que I. Illavazhaki, fille d’un poissonnier ambulant, qui a remporté le 5e championnat du monde de carrom et a reçu une récompense de 1 million de roupies (17 000 euros) offerte par le Premier ministre du Tamil Nadu.

A Delhi, on trouve les plus anciens clubs de carrom dans les quartiers de Nizamuddin, Okhla, Seelampur et dans la vieille ville, près de la mosquée du Vendredi. “On s’adonne au carrom avec passion dans toutes les villes anciennes. Les joueurs sont des citoyens ordinaires qui vivent ici depuis des générations. Les clubs de Delhi les plus anciens sont concentrés dans les quartiers à forte population musulmane”, raconte S.K. Sharma, secrétaire général de la Fédération indienne de carrom.

Dans le Nord-Est, au Penjab, le carrom est réservé aux veillées funéraires. On y joue aussi au Cachemire, au Kerala et ailleurs. Contrairement aux Joueurs d’échecs de la nouvelle de Munshi Premchand [célèbre écrivain indien du début du XXe siècle], ce sont partout de petites gens. Satyajit Ray ne leur a pas consacré de film. Les joueurs de carrom sont un peuple sans roi.

Striker – LE film sur le CARROM

Après Slumdog milllionnaire, voici LE film sur l’Inde et le Carrom. Plus de 2h  à visionner sur youtubes .

Version originale … Hindi … sous titrage Anglais !

Pure production indienne

Bon film

Article dans l’HINDUSTANTIME paru le 07/02/10

BD Carrom – Trois Chats Et De L’Aspirine

Une de mes dernières trouvailles sur le net

le blog de Renan, dessinateur et joueur de carrom

Voici une de ses compositions

Pour avoir l’histoire dans son intégralité cliquez sur l’image et vous serez rediriger vers son blog

Trois Chats Et De L’Aspirine

BD Trois Chats Et De L'Aspirine

Quelle poudre utiliser pour la glisse du carrom ?

Pour qu’un carrom glisse il faut utiliser de la poudre mais quelles sont les différences entre la microbille, la fécule de pomme de terre et les autres poudres de perlin pinpin ?

Les joueurs de carrom ont bien voulu répondre. Voici ce que ça donne :

Aurelien (toulouse) : En fait la poudre utilisée dépend du carrom que vous avez. Sur une surface vernie (carrom veda, chavet), il vous faut utiliser ce que l’on appelle de la microbille car le vernis ne permet une bonne glisse et il faut donc compenser en utilisant une poudre rapide. Je ne vous conseille pas ces carroms, ils sont grosso modo au carrom ce que sont à la pétanque les boules en plastique remplies d’eau.
Sur une surface polie (carrom surco ou synco reconnus par la fédé française et internationale), nous utilisons de la fécule de pomme de terre (c’est de la vraie fécule) mais pas n’importe laquelle. Celle que vous trouvez dans le commerce n’est pas adaptée car pas assez fluide. Elle forme des petits amas qui gêne considérablement la glisse. Celle que nous utilisons (que vous pouvez trouver chez Carrom Art , notre sponsor) est très fine. Elle permet une glisse très agréable et donc un confort de jeu incomparable.

Pour la petite histoire, cette fécule est le résultat d’années de prospection (non, non, c’est vrai, ne rigolez pas) de la part de tous les joueurs européens. Après des dizaines de tentatives infructueuses (maïzena, talc, farine classique, farine ultrafluide de pâtissier, microbilles,…), des joueurs allemands ont découvert il y a quelques années un fabriquant allemand qui produit cette fameuse fécule et qui a fini par devenir la poudre standard européenne. En Asie, ils utilisent une poudre d’acide borique qui supporte beaucoup mieux l’humidité.

José Martinez (palaiseau) : Ah la poudre, notre fameuse poudre… la microbille est un super produit pour faire croire que ton carrom glisse super bien or le principe même du carrom est de maîtriser son jeu, c’est-à-dire gérer au mieux la puissance. Il est très difficile de maîtriser un carrom avec de la microbille car cela donne l’effet que tes pions sont sur une couche d’aire, c’est un peu au petit bonheur la chance, mais par contre pour des débutants ou des enfants c’est génial car leurs pions partent dans tous les sens.

J.D Oakland (mayotte) : La glisse et le contact sur les mains …

Pour avoir tester ceux-ci :
– La microbille : insensible, on a l’impression de jouer sur une patinoire et de ne pas avoir de contact pas son palet … impossibilité de contrôler sa force, la microbille transporte également les pions et le palet de manière incertaine car elle est difficile à harmoniser sur un plateau. Qui plus est, souvent utilisé sur des plateaux vernis, le rendu est catastrophique.
– La fécule de « patate » : sensation en main parfaite, beaucoup la connaisse et reste de loin (sans connaître l’acide borique) le meilleur moyen de pratiquer le carrom
A noter, que je vais tester la fécule de manioc, je vous raconterai si ça vaut le détour ou pas (notamment pour le prix).

Benoit Lamy (rennes) : la fécule est certainement la meilleure poudre bien que moi non plus je n’ai pas essayé la borique…après c’est vrai que ça se teste tout ça^^ et pour finir il faut que ça glisse.

Emilie Neuhauser (toulouse) : La borique est utilisée en Inde, elle est idéale pour leurs conditions climatiques. Pour chez nous, la fécule de pomme de terre est parfaite pour un carrom ayant de bonne qualité de glisse. Tous les joueurs sérieux l’utilisent. Il faut éviter les petits tas en la saupoudrant. Le top du top est de mettre une lampe (architecte) au dessus du carrom pour chauffer le plateau et la poudre et apporter encore de meilleurs résultats de glisse. Bien entendu, le talc est à proscrire car il bouche les pores du bois et ralentit le jeu.

Si ce post vous a intéressé n’hésitez pas à vous abonnez aux flux RSSflux rss